• escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais
  • escaliers japonais

148 – ESCALIERS JAPONAIS – NANTES (44)

Escaliers Japonais –Nantes (44) – 2017

//

Création / Métalobil
Ingénierie Design / Fabrication / Montage / Métalobil

Maîtrise d’ouvrage / Tolefi

Architectes / forma6

Crédit photo / Métalobil

//

//

Tolefi, promoteur immobilier, réalise 14 000 m² de bureaux haut de gamme dans la ZAC Ar Mor de Nantes. Toujours soucieux de développer des bâtiments novateurs alliant architecture audacieuse et design, Tolefi a fait appel à deux agences nantaises renommées, forma6 et Métalobil.

 

 

Les architectes nantais forma6 assurent la maitrise d’œuvre des 6 bâtiments du parc. Catherine Malleret, architecte-associée de l’agence, l’explique ainsi : « TOLEFI nous a donné carte blanche pour réaliser les 14 000m2 de bureaux. Nous y avons répondu par la série, répétant un modèle génétiquement identique, évoquant le chromosome, la division cellulaire et donc la vie. Posé de façon aléatoire dans un parc, le bâtiment répété 5,5 fois devient motif. L’utilisation de briques s’est imposée comme carte génétique de chaque bâtiment. Pour des besoins d’appropriation, le noyau central, le hall et son escalier, portera les marques d’identification de chacun d’eux». L’agencement des briques, les loggias en bois, les moucharabiehs soulignent l’esthétique audacieuse du projet.

 

 

Le bâtiment « uni-branche » sera traité en pavillon d’entrée de parc, à la fois belvédère et signal. Les 5 autres étant identiques, un geste fort doit être donné à chaque lieu pour le distinguer. Ce geste formel est porté par les escaliers de l’atrium du hall.
Pour le 1er bâtiment, livré en septembre 2017, Métalobil réalise les escaliers et les plafonds de l’atrium, en restant dans le langage d’une proposition de forma6, faite de bois et de rythme.

Freddy Bernard, co-gérant de Métalobil, en dit : « La question d’une intervention «design» sur un escalier se pose ici et ceci sur un objet particulièrement contraint. En effet, le seul endroit où réside la liberté de transgression, d’invention sur l’objet, est le limon, nous l’avons envisagé ici dans l’idée de sa dilution, de sa disparition mais également comme objet de «contamination» des plenums. Nous avons donc prolongé le geste au reste de l’atrium. »

Un principe constructif d’assemblage de bois japonais pourrait faire office de modèle pour les limons, les rambardes et les plénums.
« La proposition de Métalobil renforce notre histoire génétique. Métalobil a conçu une sorte d’explosion du noyau hyper dynamique et protéiforme » nous dit Catherine Malleret.

 

 

La trame verticale des rambardes du projet original de forma6 initie donc le début de l’intuition formelle. Elle est le préalable à une idée, un système constructif qui est ensuite étendu au reste de l’atrium et notamment aux deux volées d’escaliers. Seule, elle ne suffisait pas à la bonne tenue structurelle des limons et c’est à la trame biaise et horizontale des plenums que les Métalobil empruntent pour créer le plan manquant. Les deux trames se croisent pour donner une structure qui devient alors un limon d’escalier. Freddy Bernard explique : «Si vous généralisez cette trame à l’ensemble de l’espace, les limons d’escaliers disparaissent, seules les marches apparaissent comme un élément concret, figuratif dans un espace abstrait. Elles sont comme posées sur la trame, elles flottent
Il est à n’en pas douter que cet espace devient singulier au point qu’il figurera comme une référence pour ses usagers, les visiteurs et les amateurs d’architecture; ils se feront l’écho de cet événement formel extraordinaire et ceci bien au-delà des simples limites du bâtiment.